J’ai rencontré Stéphanie Allerme, fondatrice de Ma Demoiselle Pierre

Rencontre Ma Demoiselle Pierre - LeLaboNet

Cette semaine je vous emmène dans le studio de Ma Demoiselle Pierre.

Stéphanie Allerme, de son vrai nom, est bien plus qu’une blogueuse, une influenceuse ou une créatrice. Elle est avant tout une dealeuse d’idées. Mais quel est donc ce drôle de métier qui nous met des paillettes plein les yeux ?

 

Suivez-moi, pour une rencontre inspirante avec une entrepreneuse multi-talents, qui nous ouvre toutes les portes du possible à travers ses hashtags favoris que l’on trouve sur son compte Instagram : @MaDemoisellePierreOfficiel.

mllepierre.PNG

 

#PARIS

 

Stéphanie, 33 ans, est parisienne depuis 12 ans. C’est, guidée par un rêve d’enfant, qu’elle pose ses valises dans la capitale. « Je rêvais de travailler dans la presse féminine. Je voulais être journaliste mode au Elle. ». Une idée qui ne l’a jamais quittée, puisqu’en école de journalisme, Stéphanie fait son mémoire sur la presse féminine comme réinterprétation du passé ou éternel recommencement.

Pourtant, du fait d’une belle rencontre, c’est dans une petite et prometteuse agence de communication qu’elle fait ses premières armes. Elle occupe alors le poste d’attachée de presse. « J’ai découvert un autre monde, celui de la communication. Ça a été un véritable coup de cœur.» me confie Stéphanie.

Des relations presse, au conseil en stratégie, en passant par la création d’événements et d’objets, Stéphanie prend rapidement la tête du département mode de l’agence.

Durant six années, elle apprend énormément et fait aussi de belles rencontres.

 

#FRIENDS

 

Stéphanie a gardé un lien fort avec ses collègues de l’époque. Elle monte d’ailleurs, encore aujourd’hui, des projets avec eux. Mais elle s’est également liée d’amitié avec des créateurs, tels qu’Amelie Pichard.

Stéphanie me raconte leur rencontre : « L’agence avait pour client BATA et on avait imaginé le « Concours Bata des Jeunes Créateurs ». C’est à cette occasion que j’ai rencontré Amélie Pichard. Elle faisait partie des finalistes. Aujourd’hui nous sommes très amies ».

Amelie Pichard
Amélie Pichard pour Bata – 2010

 

De cette époque, elle garde aussi un lien privilégié avec Julien Granero, designer chaussures chez CARVEN, qui avait également participé au concours. « Je faisais partie de la présélection, puis de la sélection où étaient réunis des journalistes et des blogueurs, les pionniers en France. » se souvient Stéphanie.

julien_granero_bata
Collection « Rose Baiser » Julien granero pour Bata – 2009

Ce concours est une grande étape pour l’entrepreneure, car en étant au cœur du processus, elle participe à l’émergence des créateurs. Cette volonté de promouvoir ne la quittera plus !

Ce sont d’ailleurs, ces deux créateurs, devenus de véritables amis, qui lui ont donné l’envie de se lancer à son tour et de créer son propre concept.

 

#MADEMOISELLEPIERRE

 

L’aventure débute en novembre 2010.

Forte de son expérience en agence, Stéphanie saute dans le grand bain de l’entreprenariat. Sans bouée de sauvetage, ni pince nez, elle plonge pour atteindre son rêve : avoir sa propre entreprise. Son projet à elle, qu’elle crée de A à Z.

« J’avais l’idée d’un concept, plutôt qu’une marque. » souligne Stéphanie. « J’ai construit tout l’univers de Ma Demoiselle Pierre, avant même de créer les produits ou prestations. L’identité, le logo, l’histoire que j’allais raconter, le site… Je voulais donner ma vision d’un concept créatif. ».

unnamed (1)
Crédit photo : MilkShoot

 

Pour l’identité graphique, Stéphanie mise sur le noir et blanc. « Ça s’est imposé à moi, car c’est la base que je trouve la plus créative », me précise-t-elle.

Le nom est tout aussi important.

Stéphanie souhaite proposer un concept sans genre. Elle décide alors de mêler le masculin et le féminin. « Ma Demoiselle Pierre » est né(e). Stéphanie joue avec son auditoire. Est-ce que c’est Ma Demoiselle qui s’appelle Pierre ? ou est-ce deux personnages qui interagissent ? « L’ambiguïté pouvait tout permettre du coup », s’enthousiasme Stéphanie.

L’ADN étant défini, Stéphanie se lance – et pas à moitié. Elle crée deux pôles distincts d’activités. D’un côté la création de bijoux qui lui ressemblent, intemporels et non genrés, et de l’autre sa petite agence de communication nommée à l’époque « Pierre qui Roule ».

 

#BIJOUX

 

Ce n’est pas un hasard si Stéphanie a décidé de créer des bijoux. En effet, cet accessoire est le symbole d’un lien. Avec les bijoux on peut raconter des histoires. Les filles et les garçons en portent. Ça peut être une promesse, une déclaration entre deux personnes, un héritage, porter chance et revêtir encore bien d’autres symboliques pour chacun d’entre nous.

Si Stéphanie confesse que ce sont principalement des filles qui portent ses créations, son travail, dont la base est la maille gourmette, est unisexe.

BAGUES-1095x770

 

Après trois ans de vente de la marque sur son e-shop et dans le studio, Stéphanie a une nouvelle envie : créer les bijoux Ma Demoiselle Pierre essentiellement dans le cadre de collaborations (Reebok, André, Igloo…).

« A l’origine, tous les mois j’avais à cœur de sortir une nouvelle ligne de bijoux. Puis ma vision a évolué. Je crée désormais, des bijoux, quand j’ai quelque chose à raconter, exprimer, une à deux fois par an. C’est aussi une façon (re) prendre le temps de créer » explique Stéphanie.

Il y a deux ans, Stéphanie a donc fusionné l’entité communication et l’événementiel avec la création de bijoux. « Pierre qui roule » a laissé place au « Studio Ma Demoiselle Pierre », qui n’est pas qu’un joli nom…

 

#STUDIOMADEMOISELLEPIERRE

 

En novembre 2012, Stéphanie ouvre son QG. Ses histoires se créent et se racontent au 155 de la rue Amelot, situé dans le 11ème arrondissement de Paris.

Stéphanie se souvient, « Tout s’est joué en 24 heures. Le local se libérait. J’ai dit oui. L’intuition que cette adresse allait me porter chance ! ».

Cette histoire rend compte de la spontanéité de Stéphanie qui n’hésite pas à prendre des risques, mais aussi son don de sentir l’air du temps.

Plus qu’une boutique, Stéphanie fait de son lieu un espace de rencontres et de bonnes ondes. « Je trouvais cela dommage de simplement faire un bureau. Alors je l’ai aménagé comme mon appartement, mon studio idéal, pour faire découvrir, au fil des mois, mes collections et mes coups de coeur. » me raconte Stéphanie.

 

#PARTY

 

Lorsque l’on parle de party, inévitablement nous restons au 155 rue Amelot. Car l’espace est aussi un véritable lieu de fête.

« Une fois par mois, j’organisais un événement sur trois jours, et une soirée durant laquelle les invités remplissaient la rue. L’idée était de créer de nouvelles synergies. On y découvrait mes créations, mais aussi des créatrices de mode, des nouveaux produits cosméto, des jeunes chefs… J’ai imaginé plus de 50 Party ici ! », souligne Stéphanie.

 

#MADECOAMOI

 

Dans tous les projets que créent Stéphanie il y a l’idée d’entrer dans un univers singulier.

Il prend forme via les réseaux et la création de bijoux par exemple, mais aussi grâce au lieu dans lequel on se trouve. Le lieu de vie est fondamental dans le travail de Stéphanie. « La décoration est au cœur de chacun de mes projets et plus largement au cœur de ma vie. Pour être créatif, il faut que l’univers dans lequel tu te trouves soit inspirant. » m’explique Stéphanie.

Pour faire voyager les visiteurs, mais aussi stimuler en permanence sa créativité, Stéphanie change le décor tous les six mois. Nouveaux meubles, nouvelle disposition, l’espace est en perpétuel mutation. Si bien que parfois on reconnait à peine qu’il s’agit de la même adresse.

 

Grâce à son partenariat avec made.com, notamment, Stéphanie est toujours dans l’air du temps. « En ce moment la déco mêle velours bleu, laiton doré et géométrie noir et blanc», confie Stéphanie.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on a envie d’y rester dans ce studio. Car aménagé avec goût, il est chaleureux et particulièrement inspirant.

 

#COLLAB

 

Lorsque l’on demande le métier de Stéphanie, elle répond « Dealeuse d’idées ». Elle ne pouvait pas trouver une meilleure description pour combiner ses multiples activités : développeuse de talents & projets, créatrice de bijoux, de collections capsules, d’objets, de lieux et d’évènements, la liste est longue.

Pour mener à bien ces divers projets, Stéphanie travaille avec différentes marques, artistes indépendants et artisans, qu’elle croise lors d’événements ou qu’elle déniche sur Instagram. « D’ailleurs, 90% de mes rencontres professionnelles se font via ce réseau », souligne-t-elle. Car Stéphanie a fait de ses collaborations sa signature. « Dans chacun des projets que j’imagine pour le compte de Ma Demoiselle Pierre ou au service de mes clients, je fais intervenir des personnalités que je rencontre. » souligne Stéphanie.

 

Etre dealeuse d’idées, c’est aussi être une chef d’orchestre. Celle qui crée des synergies, même les plus inattendues.

Avec sa baguette (magique), Stéphanie a le pouvoir de mettre en relation des marques établies, comme Reebok par exemple, avec des jeunes studios de design, dont elle adore la pâte créative.

Au fil du temps, Ma Demoiselle Pierre est devenue un véritable label. Car Stéphanie crée avant tout des synergies, repère des artistes, les fait grandir et fédère autour d’elle les influenceurs d’aujourd’hui, mais aussi de demain.

Par exemple, pour sa 5ème collaboration avec Reebok, cette année, Stéphanie a réuni comme guest les Ringards, Holy Camille & Julinfinity

15994450_10154972365854694_4368275534766088548_o

« Sur chacun de mes projets, je réunis une team idéale. Et quand j’ai une idée je n’hésite pas à la proposer. » confie l’entrepreneure. Une façon de faire qui séduit tout particulièrement les marques.

D’ailleurs, Reebok, qui la suit depuis de nombreuses années, vient de lui confier une 6ème collaboration, internationale !

 

#MYHOMETOUR

 

Aujourd’hui les belles synergies ne se créent plus que dans le studio de Ma Demoiselle Pierre. Selon les collaborations, Stéphanie crée des évènements dans des boutiques ou des espaces éphémères parisiens, mais aussi à travers toute la France en collaboration avec son amie YouMakeFashion.

« my HOME Tour » est une box géante, où Margot et Stéphanie nous proposent leur produits coup de cœur à travers des ateliers, dans des lieux plus jolis les uns que les autres. Sur cet évènement, dont le dernier vient de se clôturer à Bordeaux, on ne parle pas de bijoux, mais il est toujours question de rencontres et de synergie.

La patte Ma Demoiselle Pierre est bien là.

 

Pour Stéphanie, créer ce nouveau format avec YouMakeFashion était une évidence. « C’est Margot qui porte le projet, le défend sur ses réseaux. On a associé nos envies et nos savoir-faire pour proposer quelque chose de nouveau aux lectrices de Margot, qui me connaissent également. ». Il faut dire que Margot et Stéphanie se sont toujours soutenues, ont toujours relayé leurs différentes collaborations et ont grandi ensemble. Du coup, ce moment, qu’elles imaginaient depuis un moment, est aussi une belle façon de sceller leur amitié.

Une démarche qui ressemble bien à Stéphanie qui se laisse guider par ses coups de cœur et fait preuve d’une grande accessibilité.

 

#BONNEADRESSE

 

Je ne pouvais pas quitter Stéphanie sans parler de bonnes adresses. Evidemment, elle me parle de son nouveau chez elle #leloftmademoisellepierre, auquel elle a même consacré un compte Instagram.

Un lieu accueillant où elle aime réunir ses amis, véritable famille, et où elle s’imagine même parfois créer quelques évènements. Notamment autour de sa grande cuisine ouverte sur l’espace de vie qui a déjà été le théâtre de quelques tournages.

 

loft

Peu importe le lieu, Stéphanie a cette incroyable faculté de raconter de belles histoires. Je suis donc impatiente de découvrir son futur terrain de jeu !

 

crédit photo couverture : Marine Le Berre

Merci à Stéphanie pour son temps accordé, son dynamisme et sa bonne humeur communicative.

4 thoughts on “J’ai rencontré Stéphanie Allerme, fondatrice de Ma Demoiselle Pierre

  1. Je découvre, merci pour ce beau partage. Je me suis assez retrouvé dans ce portrait, tant dans ce besoin de créer un univers qui nous ressemble, également créatrice de bijoux, mais également auteur, thérapeute et formatrice, une petite palette qui tourne autour d’une communauté que j’ai créé sur le bien-être et l’esprit yogi.

    Aimé par 1 personne

  2. Toujours aussi inspirants ces portraits ! Je ne m’en lasse pas depuis la dernière fois ! 😃
    Quand je vois l’ambition et le dévouement mené dans le projet de Ma Demoiselle Pierre, je suis impressionnée ! D’un autre côté, ça m’a reboostée à bloc pour améliorer mon e-shop et aller toujours plus loin avec toujours plus d’ambition 💪
    Merci de nous faire partager ces belles rencontres, c’est toujours super intéressant de voir le parcours de quelqu’un !
    Bisous ♡

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s