J’ai rencontré Ingrid Brochard, co-fondatrice de Panoply

J’ai rencontré Ingrid Brochard co-fondatrice de Panoply City

Aujourd’hui plus que jamais nous sommes sensibilisés à une consommation de la mode plus responsable. Il faut dire qu’avec l’émergence fulgurante d’Instagram, plus un jour sans que nous soyons stimulées par une influenceuse qui nous présente la dernière pièce à la mode. D’autant que les enseignes de marques grand public n’hésitent plus à reproduire s’inspirer de la mode haute couture.

Pour répondre à cette conscience environnementale, mais continuer de se faire plaisir, Emmanuelle Brizay et Ingrid Brochard viennent de lancer la start-up Panoply. Un dressing géant qui risque bien de nous faire changer nos habitudes de modeuses.

 

Pour en savoir plus sur cette entreprise qui nous propose en location des pièces hauts de gamme, j’ai rencontré Ingrid Brochard.

 

 


Un nouveau concept pour consommer autrement


 

Ingrid Brochard est une entrepreneuse dans l’âme. A seulement 39 ans, voilà déjà 20 ans qu’elle a monté sa première entreprise (faites le calcul et restez donc bouche bée). Elle me raconte, « Très jeune j’ai monté une société d’import / export de produits de cosmétiques. A l’époque il n’y avait pas encore internet. Je faisais fabriquer des produits en Asie, que je revendais à la grande distribution en France. J’ai eu cette boite pendant 13 ans. ». Après ce premier projet entrepreneurial d’envergure, Ingrid fonde le magazine de mode et d’art contemporain « Be Contemporary ».

En plus d’être rédactrice en chef et directrice de publication, elle produit de nombreux programmes sur l’art contemporain pour la télévision française. « Dans le magazine trimestriel je présentais différents artistes émergeants. En parallèle, produire des émissions pour la chaîne direct 8 (maintenant nommée C8) me permettait de proposer une carte postale de l’art au grand public. Chaque épisode était tourné dans une ville différente. En 26 minutes, on présentait des artistes, des galeries et des intérieurs de collectionneurs. ». Si sa passion pour l’art est arrivée tardivement, l’entrepreneure confie qu’elle lui a permis de voir le monde différemment. C’est pourquoi elle décida de démocratiser et de rendre accessible l’art qui peut être perçu comme élitiste.

 

Pour matérialiser cela, en 2010, elle imagine et donne vie au MUMO, le premier musée mobile pour l’art contemporain.

 

Aujourd’hui, le projet est toujours en cours. Ingrid continue de travailler à la production de nouvelles structures mobiles pour le gouvernement, afin de proposer les oeuvres des collections nationales dans différents établissements scolaires. Plusieurs fois primé, ce projet l’emmènera à participer à de nombreuses interventions sur l’éducation, l’appropriation et la création de demain.

unnamed

 

C’est donc tout naturellement, qu’il y a un an et demi, Ingrid est invitée à une conférence, avec des designers, pour s’interroger sur le monde en 2030.

Lors de cette table ronde, elle perçoit l’importance de s’inscrire dans un mouvement responsable qui dématérialiserait le dressing. Car si 70% des femmes ont déjà acheté un vêtement qu’elles n’ont jamais porté, c’est que l’envie c’est confronté à la profusion. Dans notre ère de surconsommation, les placards qui débordent ne sont pas rares.

Forte de ce constat, l’idée de posséder un vêtement semble obsolète.

 

Lors du débat, Ingrid prend alors la parole, « J’aimerais bien que les grands magasins soient comme des dressings. Cela permettrait aux femmes de pouvoir s’habiller en toutes occasions. » confie-t-elle aux designers. La première pierre de l’aventure PANOPLY est posée.

final-3

 

La vision d’Ingrid se concrétisera lorsqu’elle expose à Emmanuelle Brizay son envie de réfléchir à de nouveaux modèles de consommation .

 

La vision business de la mode d’Emmanuelle est fondamentale. En tant que Directrice Générale de marques en développement, elle a vu le marché évoluer. En plus des nouveaux comportements de consommateurs, du côté des designers, la créativité est prolifique. Les femmes sont sollicitées de toute part, mais l’accès aux belles pièces est de plus en plus compliqué. Trop onéreuses ou trop extravagantes, les nouvelles collections de couturiers restent souvent un rêve inaccessible.

Pourtant Emmanuelle et Ingrid sont persuadées que le rêve est à portée de main.
Pour le réaliser, les entrepreneures se donnent pour défis de changer nos habitudes au quotidien. Il n’est plus question d’acheter des pièces de la saison passée que nous stockerons, tout aussi vite, dans nos placards, ni même de se ruer sur les petits prix de la « fat fashion ».
Car les études démontrent que depuis cinq ans, nous avons augmenté de 50% notre consommation de vêtements. La mode vit au rythme des images. Les plus jeunes ne souhaitent pas être vues deux fois avec la même tenue, sur les réseaux sociaux. Or mettre beaucoup d’argent dans une mode éphémère et jetable, est incohérent.
Pour contourner ce phénomène, Ingrid mise sur l’économie de partage, qui nous permet d’être plus responsable, tout en continuant de s’acheter des basiques. Un véritable enjeu de société, facilité par la technologie.

PANOPLY est né, place au dressing aussi savoureux qu’une balade sur Instagram.

 

 

 


Un dressing pas comme les autres


 

Depuis novembre dernier, Ingrid et Emmanuelle nous font vivre une véritable expérience.

La location n’aura jamais été aussi agréable. Que cela soit sur le site ergonomique, au design épuré, ou dans leurs locaux haussmanniens, au coeur de Paris, on se sent comme une princesse moderne.
Pour créer ce service, l’entrepreneure est partie de sa propre expérience. « Lorsque j’ai imaginé Panoply, je venais d’être maman. Je sortais d’un long congé de maternité. Je reprenais donc le travail avec cette problématique d’à nouveau devoir m’habiller. Pour la reprise, je me suis achetée un vêtement de créateur. Je le mets une fois, hyper contente et très fière je le poste sur Instagram. Mais une fois porté, je le stocke dans mon armoire et je me rends compte que je n’ai plus vraiment envie de le reporter. En faisant ce constat je me suis dit qu’il fallait que je consomme autrement » raconte Ingrid.

final-4

 

Cette nouvelle façon de consommer, certains y sont déjà adeptes. Le minimalisme est en train de devenir un véritable phénomène. On ne compte plus le nombre de publications pour nous aider à faire le vide et nous prouver que faire le tri peut véritablement rendre heureux. PANOPLY répond parfaitement à cet état d’esprit. En gardant essentiellement des basiques dans ses placards, avec PANOPLY on peut porter, quand on le souhaite, les plus belles pièces du moment.

Mais le service n’est pas que pour les filles qui ont sauté le pas du minimalisme. Il s’agit aussi de combler les envies des accros au shopping qui ont des armoires débordantes, mais jamais rien à se mettre le matin, celles qui ont un appartement de petite superficie dans lequel le dressing est vite rempli, mais aussi celles qui recherchent une tenue occasionnelle.

En nous proposant de louer des pièces de créateurs, de la saison actuelle, PANOPLY nous permet de passer de la possession à l’expérience.

 

 

 


PANOPLY : mode d’emploi


 

Pour avoir accès à ce dressing de rêve, il faut être abonnée. Comme pour Netfix, être membre donne accès à un large catalogue.

 

Le calcul est vite fait. En dépensant 1200 euros dans l’année on peut louer et porter 52 pièces de créateur, alors que, pour la même somme, nous aurions acheté seulement 20 pièces chez Zara et H&M ou 4 vêtements créateur.

 

Une fois les pièces sélectionnées sur le site, si vous habitez à Paris, vous aurez la chance de pouvoir venir essayer les pièces dans le showroom Panoply, situé au 10 rue Royale, Paris VIII eme , et même en profiter pour craquer sur d’autres pièces qui vous tendent les bras.
Ce qui est génial, c’est que le showroom reprend les codes de prestigieuses boutiques de mode, dont nous n’avons pas toutes la possibilité de pousser les portes. C’est aussi une belle façon de prolonger l’expérience. « Au-delà du digital c’est important d’avoir une présence physique. » souligne Ingrid.

PANOPLY_showroom_2

 

Après avoir choisi votre modèle, quelques jours plus tard, un coursier vous livre votre vêtement soigneusement protégé dans sa housse. En plus de la livraison, le pressing, l’assurance et le retour sont inclus dans le tarif de départ. Des prestations qui nous permettent d’être à notre aise sans stresser toute la journée, à l’idée de faire une tache.

 

 


La femme Panoply


 

Le public de PANOPLY est très large.

Il y a comme une règle de trois pour l’identifier. Premièrement, Net-à-Porter la fait rêver, mais elle ne passe pas à l’acte. Deuxièmement, elle ne peut s’empêcher de craquer compulsivement chez Zara ou sur Asos, et troisièmement elle a de la personnalité.

A l’origine, cette femme forte et émancipée est âgée de 30 et 45 ans.

 

Cependant l’offre à 60€, permet également aux plus jeunes de pouvoir se faire plaisir chaque mois.

final-1

 

En réalité, nous sommes toutes des femmes Panoply, car nous rêvons toutes de ce dressing virtuel qui complète notre placard. Mais dans les années à venir, nul doute que PANOPLY sera bien plus que cela. Nous pouvons aisément imaginer que nous nous passerons, réellement, de la majorité de notre dressing pour profiter du flux de vêtements proposés par la plateforme. Un changement de comportement qui n’est pas sans rappeler que, ces dernières années, nous avons accepté de délaisser les hôtels pour partir, plus souvent, en vacances chez des particuliers.

Le film publicitaire de Panoply, produit avec BETC, est d’ailleurs la parfaite représentation de ce changement d’usage.

La femme PANOPLY fait définitivement partie de ce gang de filles émancipées, qui s’assument et qui cassent même son dressing à coup de batte de baseball !

 

 

 


Avec PANOPLY nous pouvons enfin oser !


 

« Osez ! » vous savez, au combien c’est mon leitmotiv. Quand on ne peut pas passer par la porte on passe par la fenêtre. Et bien cette fois c’est notre dressing que l’on fait basculer, car fini la rengaine, sans risque, de pièces noires, grises ou nudes. Grâce à PANOPLY on ose les coupes atypiques, les motifs, les couleurs et les belles matières. Car ne mettre une pièce qu’une seule fois n’est plus un problème.

PANOPLY nous permet de libérer nos choix et prendre de l’assurance.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce dressing illimité, permet d’affirmer son style sans être dans la surconsommation. Sans compter qu’une belle pièce peut être un formidable déclencheur pour prendre de l’assurance lors d’un rendez-vous ou d’une présentation en public par exemple. Ingrid me confie d’ailleurs « Lorsque j’ai des journées difficiles, j’aime beaucoup porter un smocking qui me donne de la force. »
Grace à son large catalogue PANOPLY nous habille aussi bien au quotidien que pour de grandes occasions. Car le rêve des créatrices est de voir les créations iconiques des plus grands stylistes devenir des vêtements du quotidien.

 

 

 


Des marques de luxe à notre portée


 

Ce qui fait la différence dans ce marché c’est la qualité des marques qui participent au projet. PANOPLY a su convaincre de grands noms qui n’avaient pas encore osé passer le cap de la location, en leur proposant un petit écrin. Sur le site, les images sont soignées. En plus d’être marchande la plateforme est inspirationnelle. On en oublierait presque que l’on peut acquérir les pièces présentées. L’identité visuelle de la startup est donc à l’image des marques qu’elle représente.

 

PANOPLY_Desktop_Presse_Catalogue2

 

La force de PANOPLY est de proposer une nouvelle alternative de communication aux marques.

Le marché et les mentalités étant en perpétuelle évolution, atteindre une nouvelle clientèle sans dévaloriser son image de marque est très difficile. L’acheteuse de Panoply, Valérie Miegeville, qui a derrière elle 15 ans d’expérience au Printemps, sélectionne les marques avec soin et s’attache à comprendre la vision de chaque créateur. Elle fait d’ailleurs le choix de collaborer avec des marques à l’ADN très fort tels que Marc Jacobs, Sonia Rykiel, Cédric Charlier ou Phillip Lim qui cotoient des signatures plus confidentielles. « On essaie de rentrer des marques pointues, mais aussi des jeunes créateurs » souligne Ingrid.

 

Comme pour les consommateurs, l’équipe de PANOPLY s’est donnée pour vocation d’éduquer également les marques à ce nouveau mode de consommation.

 

La valorisation de l’image prend le pas sur le commerce de détail. Il s’agit de répondre aux besoins du marché tout en ayant conscience des limites de celui-ci.
Avec PANOPLY les marques ne font pas la promotion de leurs basiques, mais de la patte créative de leurs designers.

A seulement quelques mois d’existence, l’équipe de PANOPLY est particulièrement attentive aux attentes et aux retours de sa clientèle. En analysant leurs comportements, Ingrid s’est d’ailleurs rendu-compte que leur projet sociétal avait également une véritable dimension esthétique. « Nos clientes, bien qu’elles osent et s’affirment, ne choisissent pas toujours des pièces extrêmes, très coutures. Elles viennent spontanément sur PANOPLY pour un plaisir mode, pour apporter une touche stylée, ou couture, à leur tenue du quotidien, ou pour une occasion. Nous faisons donc attention d’entrer dans notre catalogue des marques plus classiques, qui contrebalancent l’offre de pièces plus extravagantes. En proposant un large panel, nous les accompagnons petit à petit dans le changement d’usage. »

Une dimension pédagogique que l’on retrouve dans les services proposés. Si vous avez du mal à faire votre choix, PANOPLY met à votre disposition le service d’une styliste en ligne.

Une belle occasion pour découvrir également de nouvelles tendances et de nouveaux créateurs.

 

 


Concours : je vous offre votre dressing illimité !


 

Pour gagner votre sésame, qui vous permettra de remplacer votre armoire par un dressing illimité, je vous offre trois abonnements, premier mois « beaucoup », (d’une valeur de 140 euros chacun).

Trois façons de participer (pour 3X plus de chance de gagner) :

  • Commentez l’article et partagez le sur vos réseaux
  • Commentez et partagez la publication de ma page Facebook

 

BRAVO 🎉 A Louise, Roxanne et Lola

 

A noter que si vous ne portez pas l’une des tailles proposées par la plateforme (du 36 au 42), le choix de bijoux et de sacs est tout aussi fou. 🙂

26 thoughts on “J’ai rencontré Ingrid Brochard, co-fondatrice de Panoply

  1. Le concept est génial !
    je suis convaincue de cette évolution de consommation vers la location de vêtements !
    Si les marques suivent ce concept….c’estTop !
    Je participe au concours en espérant gagner et à bientôt !

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne suis clairement pas la cible mais je trouve l’idée top ! C’est Rent a Swag de Tom Haverford dans Parks and Recreation ! 😀
    En revanche, dommage de limiter les tailles au 38-42 :/

    J'aime

    1. Nadia c’est exactement ce que j’allais dire ! Je vois qu’on a des références communes héhéhé !

      Sinon, pareil, je ne suis pas dans la cible, surtout si les tailles dispo sont 38-42 mais je trouve l’idée géniale. Je suis impressionnée par la créativité de certains. ♥

      Aimé par 1 personne

      1. Merci Joelle pour ton commentaire. En effet c’est tellement inspirant 🙂
        C’est pour cela que chaque vendredi je vous présente de belles histoires d’entrepreneur-e-s qui nous prouvent qu’en développant sa créativité on peut aller très loin 😉

        J'aime

    2. Hello Nadia merci pour ton commentaire. En effet les tailles sont limitées (pour le moment) mais heureusement on peut aussi se rabattre sur les accessoires. Et personnellement moi je suis très partisane d’une penderie épurée et faire twister mes pièces selon mon humeur en changeant de collier ou avec un beau sac 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Argh ça ne m’empêche pas de penser que c’est un peu discriminatoire et que de continuer d’attribuer la « mode » aux « standards »c’est bien dommage… Mais ça ne m’empêche pas non plus cependant de comprendre que ce doit être difficile de tout gérer et de faire plaisir à tout le monde :/

        J'aime

      2. Je suis tout à fait d’accord avec toi qu’il est temps de faire sauter « les standards ». J’espère qu’avec le développement de l’activité la startup pourra un jour répondre à ce besoin.

        Aimé par 1 personne

  3. C’est vraiment génial comme concept !!! Je ne connaissais pas du tout. J’en apprends des choses. Cette femme qui a monté sa boîte dès l’âge de 19ans c’est tellement ! Wooh je l’admire ! Merci pour cet article riche en information et découverte.

    J'aime

  4. Hello ! Beau coup de projecteur sur cette petite entreprise 🙂 J’ai testé leurs services, et franchement, rien à en redire (à part peut-être le prix, ça fait un sacré budget location par mois). Mais top au niveau de la sélection, de la gentillesse du personnel, des coursiers, etc.

    Bisous

    Estelle
    Some Place Called Home

    Aimé par 1 personne

  5. C’est une très belle idée, et un pas vers une conso plus juste. 60€ par mois je ne peux pas encore me le permettre mais un jour peut être.. Ca peut permettre aussi aux personnes handicapées de faire plus de shopping et ça c’est une belle idée !

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’avais pas pensé à cette possibilité pour les personnes à mobilité réduite mais tu as raison !
      J’ai conscience que cela puisse être un budget. Mais qui sait, peut-être que tu seras l’une des heureuses gagnantes 😉

      J'aime

  6. Oh mais j’adorrrrrrre ! C’est excellent, le concept est à tomber. Moi qui rêve d’espace dans mon petit chez moi et de porter de belles pièces, ce qui pouvait paraître incohérent est enfin rendu possible ! c’est très cool !

    Aimé par 1 personne

  7. Quelle chance de pouvoir peut être gagner et essayer ce superbe concept !!!
    Par contre je ne sais pas si c’est la fatigue du lundi mais je n’ai pas trouvé l’article sur votre page facebook..
    Je croise donc les doigts.
    Merci pour cette découvert en tout cas 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s