Appropriation ou appréciation culturelle ?

En 2016, vous n’êtes surement pas passé à côté du terme « appropriation culturelle ». Jusqu’alors évoqué dans les médias, essentiellement pendant des temps forts tels qu’Halloween ou les défilés de mode. Aujourd’hui – du fait des réseaux sociaux notamment – le « phénomène » est de plus en plus dénoncé au quotidien.

Pourtant, pour beaucoup d’entre nous, il est encore difficile de donner une définition exacte de ce comportement. Qu’elle est donc la différence entre aimer une culture, essayer de la sublimer ou se l’approprier ?

 

Pour vous prouver que le malaise est omniprésent sur cette question, il nous suffit de nous pencher sur la page Wikipédia consacrée à l’appropriation culturelle :

« L’appropriation culturelle intègre dans sa définition l’appropriation d’éléments matérielles et immatérielles telles que les symboles, les items, les idées et/ou différents aspects d’une ou plusieurs cultures par un tiers. L’anthropologie étudie les différents procédés d’emprunt culturel soit « l’appropriation » et l’échange culturel comme étant une étape à part entière de l’évolution culturelle et du contact entre les différentes cultures.

Dans son application, le concept d’appropriation culturelle est sujet à controverse. » 

A noter que cet article est une ébauche, car personne n’ose vraiment s’y frotter…

 

Du coup, plutôt que de vous écrire une longue tribune sur le sujet. J’ai décidé de répondre aux questions que vous vous posez, peut-être, puis de vous laisser regarder une sélection de vidéos qui traitent de ce sujet sur différents angles.

Pour débuter, soulignons que derrière l’appropriation culturelle il y a surtout le mot « culture » !

Cette notion est fondamentale car elle nous permet de percevoir qu’un afro, un boubou ou une coiffe d’indien, par exemple, ne peuvent pas être associés à une simple coiffure ou un vêtement « comme un autre » ou un déguisement sympa pour mardi gras. Car ce sont aussi les symboles d’une histoire – bien que ses éléments ne soient pas nécessairement portés comme un acte de revendication.

Ce fait étant pris en compte, répondons ensemble à ces questions que l’on n’ose pas toujours poser.

 


Pourquoi je ne peux pas m’habiller comme je veux ?


Quand une entreprise commercialise une ligne de vêtements traditionnels en s’adressant essentiellement à une population de culture minoritaire – identifiée par une identité visuelle et des codes de communication qui lui est propre – cela ne pose pas de problème. C’est même souvent perçu comme une belle initiative. A contrario, si cette même ligne de vêtements est vendue dans une grande chaîne de magasins le tollé est retentissant. Non pas parce que les personnes portant ces vêtements n’ont pas le droit de s’habiller en grande distribution, mais parce qu’en les mettant dans les rayons on leur donne une nouvelle connotation associée essentiellement à l’industrie de la mode. Ce qui entraînera inévitablement des comportements d’appropriation culturelle.

Car lorsqu’une personne d’une culture dominante s’approprie et reproduit les codes d’une culture minoritaire, en omettant les oppressions dont elle (a) fait l’objet, ce n’est pas acceptable (même pour l’amour du style oui, oui).

Junya Watanabe Spring 2016
Junya Watanabe Spring 2016
Valentino Spring 2016 Collection
Valentino Spring 2016 Collection

Un mouvement permettant de dénoncer cette pratique dans la mode est d’ailleurs en marche sur Twitter grâce au hashtag #mycultureisnotcouture « Ma culture n’est pas couture ».

Appropriation-ou-appréciation-culturelle-lelabonet

Quand je vous dis que les images disent souvent bien plus que les mots…
Quand je vous dis que les images disent souvent bien plus que les mots…

Mais ne vous y trompez pas, la mode est un berceau de l’appropriation culturelle, mais on la retrouve également dans notre alimentation, la musique et l’art. Il est donc important de rester vigilent.

 


Peut-on se déguiser en « indien », en « zoulou » ou en « chinois » pour le fun ?


Si vous vous posez cette question, j’aimerais que vous vous demandiez aussi si leurs traits culturels vous semblent risibles ou divertissants, leur histoire est-elle fun ? Je crois que vous avez votre réponse – du moins je l’espère.

Karlie Kloss, lors du défilé Victoria’s Secret 2012 à New York. Un bisou aux peuples amérindiens exterminés ?
Karlie Kloss, lors du défilé Victoria’s Secret 2012 à New York. Un bisou aux peuples amérindiens exterminés ?

 


Et si j’aime cette culture ?


Si vous aimez la culture d’un pays vous ne nierez pas son histoire. Auriez-vous vraiment envie de caricaturer sa population – d’autant plus si elle est, ou a été, colonisée ou discriminés ? Et d’ailleurs avez-vous demandé à ce peuple ce qu’il en pense ?

Appropriation-ou-appréciation-culturelle-lelabonet

Ce qui différencie l’appropriation culturelle de l’appréciation culturelle est le rapport de force entre les cultures. Car s’il n’y a pas d’échanges, il n’est pas question de reconnaissance mais d’identification d’une sous-culture exploitée.

Ne dit-on pas, par exemple, que « l’exotisme » est vendeur ?  Une notion d’exotisme qui est d’ailleurs issue d’un racisme systémique et de standards de beauté dictés par une suprématie blanche.

Par contre, porter la tenue, ou participer aux traditions, du pays dans lequel on se situe est une marque de respect ou d’assimilation – soit s’adapter aux standards qui nous sont imposés. Ce qui s’apparente à de l’appréciation culturelle.

 


N’en fait-on pas un peu trop ?


Non ! Ces point d’alerte n’ont pas pour vocation de se contraindre à sa propre culture. Mais, à contrario, de se renseigner d’autant plus sur les autres peuples. Car l’échange, la compréhension de l’autre et la tolérance sont la source du métissage. Et ça on adore !

 

* Pour aller plus loin *

 

Souvent la caméra permet de laisser percevoir quelques aspérités, nous questionne et surtout nous permet de confronter différents points de vue sur la question.

Voici une sélection, très inspirante, de YouTubeurs qui traitent la question de l’appropriation culturelle :

 

Masculin Singulier

 

Et vous que pensez-vous de la notion d’appropriation culturelle ?

2 thoughts on “Appropriation ou appréciation culturelle ?

  1. Article super intéressant et vidéos aussi !
    Je bosse dans le milieu de la photo et j’ai bien dû participer au moins une fois à ça j’imagine.
    Je découvre le mouvement et ça fait réfléchir, c’est bien de se faire ouvrir les yeux.
    Merci !

    J'aime

    1. Ravie que l’article t’ait fait réfléchir sur la question 🙂 Je suppose en effet que ça peut être super utile dans ton domaine. N’hésite pas à partager l’article. Je te souhaite une très belle année !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s