Forêt tropicale et chocolat : le meilleur des deux mondes à l’Habitation Céron

Hello, me voilà de retour pour partager avec vous un nouveau bon plan pour rendre votre (futur) séjour en Martinique inoubliable.

Evidemment on ne peut pas se rendre aux Antilles sans prendre le temps de visiter une habitation. La première que l’on vous conseillera assurément est l’Habitation Clément. En plus de comprendre ce qu’est une distillerie et de voir une maison à la décoration coloniale, la dégustation de rhum n’y est pas pour rien. 😉

Par contre si vous souhaitez sortir des sentiers battus, comme moi, l’habitation Céron est le lieu fait pour vous !

Habitation Ceron - Martinique - LeLaboNet

Situé au nord Caraïbe, sur la commune du Prêcheur, le site est au cœur d’une Réserve Biologique Intégrale classé pour ses paysages.

Fermée durant sept années, suite aux différentes intempéries et les aléas de la vie, l’Habitation Céron ouvre de nouveau ses portes au public depuis un an et demi. Ce temps passé a permis de donner une nouvelle impulsion à l’habitation. Fini les balades en quad, aujourd’hui l’objectif est de développer l’agrotourisme.

 

Ainsi en plus de  découvrir la fabrication du cacao, tenez-vous prêt à traverser une nature verdoyante et sauvage composée d’arbres d’exception et fruitiers.

 

En pénétrant dans le lieu c’est toute la culture et l’histoire de l’ile qui semblent se refléter. Un seul mot d’ordre : la transmission. Si vous avez eu la chance de visiter en amont La savane des esclaves vous saurez reconnaître en un coup d’œil la rue cases-nègres avec ses constructions typiques.

Ce qui est particulièrement intéressant dans ce lieu c’est que bien qu’il s’agisse d’une reconstruction l’origine de chaque bâtisse est historique. Pas de plans d’architectes, les fondations sont les ruines du site. En effet, la propriétaire, férue de fouilles archéologiques, a su redonner vie à chacun des espaces. Un projet ambitieux qu’elle a initié il y a une trentaine d’années avec son mari.

La visite débute par un passage dans la case qui fait office d’accueil, pour récupérer un plan du site, avant de pénétrer dans la forêt tropicale du site.

 

Habitation Ceron - Martinique - LeLaboNet

La promesse est tenue, en levant la tête on découvre des lianes, une matoutou falaise, une araignée proche de la mygale, mais aussi des colibris, des grives à lunette, des caialis, des malfinis, des perdrix rouge et des lézards bleus et verts. Un peu plus loin on distingue les ruines de l’ancienne sucrerie.

En suivant le chemin on s’engouffre dans le parc et jardins particulièrement denses où trône l’arbre le plus célèbre et ancien de la Martinique :

un Zamana séculaires répertorié comme l’un des plus gros arbres visibles des Petites Antilles grâce à son hectare d’amplitude. Nommé également « Arbre à pluie » ce spécimen est idéal pour les cultures du site car par temps sec ses feuilles se mettent en parasol pour protéger la terre, tandis que lorsqu’il pleut les feuilles se referment pour nourrir le sol. Pour faire le tour de cet arbre, de 300 ans, il ne faut pas moins de huit personnes qui se tiennent la main bras tendus ! Un spécimen en lice pour le prix de l’arbre de l’année 2016.

 

Mais l’expédition n’est pas finie. En suivant le sentier on pénètre dans une véritable jungle.

Si on retrouve une végétation déjà aperçue au Jardin de Balata, à la différence de celui-ci tout est à l’état brut. En deux secondes nous voilà dans la peau de Mowgli. Le sourire jusqu’aux oreilles on ne peut s’empêcher de chanter :

Il en faut peu pour être heureux !

Bercé par le bruit de la rivière Céron, dans laquelle quelques courageux osent la baignade, le parcours prend près d’une heure. Une véritable promenade exotique qui permet de se ressourcer autant qu’une séance de yoga.

 

En fin de promenade, on distingue la maison de maître.

Habitée par la famille de la propriétaire Laurence Marrauds des Grottes, directrice du site, cette demeure n’est pas ouverte au public. Mais le fait de distinguer la demeure en arrière-plan permet d’ajouter du mystère à ce lieu.

Habitation Ceron - Martinique - LeLaboNet

Une battisse qui vous rappellera surement en fin de séjour de nombreuses habitations à l’architecture typiquement antillaise.

Les ruines de l’habitation quand à elles sont en cours de restauration. Dès la saison prochaine, les portes de la sucrerie seront de nouveau ouvertes au public ! Une bonne excuse pour retourner y faire un tour 🙂 .

Créée par les colons français en 1658, il s’agissait d‘une importante sucrière avec moulin à eau – l’une des plus anciennes habitations de l’île. En plus de cultiver la canne, au fil des années, le domaine développe une cacaoyère dont la propriétaire a repris l’activité en s’associant à l’artisan chocolatier Lauzéa.

Habitation Ceron - Martinique - LeLaboNet

Afin de réhabiliter sa plantation de nombreux cacaoyers sont replantés régulièrement sur le domaine. Chaque année l’habitation Ceron broie ces fèves de cacao torréfiées sur le domaine pour fabriquer des pains caco (bâtons de cacao) très utilisés en outre-mer – notamment pour faire le chocolat de célébration qui accompagne le typique « pain au beurre ». Des étapes visibles à l’habitation Céron tous les ans de novembre à avril.

Suite à la visite du parc une pause s’impose. Quoi de mieux qu’un repas fait maison pour continuer d’éveiller nos papilles ?

Rendez-vous au restaurant au bord de la rivière au milieu de la nature sous un grand carbet.

habitation_ceron_

Vous pourrez y découvrir la carte raffinée et locale du chef. Ici rien n’est dû au hasard. Les aliments sont frais, la majorité cueillis directement dans le jardin et les écrevisses, localement appelées les « zabitans », sont pêchées dans les bassins d’élevage de l’habitation. Le principal leitmotiv est : l’association des saveurs. Une prouesse qui consiste à faire découvrir les produits locaux de façon originale en les associant subtilement pour proposer des plats gourmands. Un joli challenge.

Lors de ma visite le chef proposait ces plats à la carte car pendant le concours de l’arbre de l’année l’entrée du jardin est gratuite. Mais dès la rentrée des choix seront faits pour proposer un menu adapté au forfait « visite + restauration ». Pour ma part j’ai totalement craqué sur l’œuf poché à la bisque d’écrevisse, le velouté de giromon au foi gras ainsi que le fondant au chocolat maison.

On espère juste qu’une version vegan sera également proposée pour satisfaire tous les publics. Ca sera alors un sans-faute !

A noter que le restaurant sera une adresse incontournable lors de la fête de la gastronomie du 23 au 25 septembre 2016 sur le thème « ton invité, mon invité – cuisine populaire ».

Je vous conseille donc cette visite incontournable, si vous traversez l’atlantique, car en plus de passer un moment exceptionnel, vous contribuerez à la restauration et à la sauvegarde de ce patrimoine.

 

Habitation Céron

Quartier Anse Céron 97 250 Le Prêcheur

Ouvert tous les jours de 9H30 à 17h.

Visite parc et jardins : 8€ adulte / 5€ enfant – Forfait visite + restauration à partir de 25€

Un grand merci à Laurence Marrauds des Grottes qui m’a accordé tout son temps malgré une ondée tropicale !

One thought on “Forêt tropicale et chocolat : le meilleur des deux mondes à l’Habitation Céron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s