Entre télé et réseaux sociaux j’ai choisi mon camp !

Lundi midi, j’ai enfin lu l’article de Slate « Attentat de Nice: la nuit où la télé française a sombré »

Trois jours que je résiste. Ça ne vous semble peut-être pas énorme, mais quand cet article est relayé par tous vos amis sur les réseaux sociaux la tentation est forte. J’ai pris le temps qu’il me fallait car je savais que je n’étais pas prête, que j’avais besoin de prendre du recul avant de me confronter à ce récit qui allait profondément me toucher.

La première fois que cet article a été relayé, en scrollant rapidement sur mon fil d’actualités Twitter j’ai pensé que c’était un énième article sur notre irresponsabilité en tant qu’internaute hyper connecté. Je m’imaginais déjà les gros titres des JT le lendemain « les dérives des réseaux sociaux ».


Mais à y regarder de plus près, cette fois-ci ce n’était pas la sphère du web qui était particulièrement blâmée mais bien la télévision. Cette mère toute puissante des médias, à qui on pardonne tout (du moins plus vite qu’à sa petite sœur Internet).


L’article est d’autant plus important que cette fois-ci on ne pointe pas du doigt les chaînes privées  de la TNT – les vilains petits canards qui ne prennent pas le bon chemin – mais bien une chaîne publique (payée par la redevance) et la première chaîne d’Europe !

« Mais cette fois, on ne pourra pas dire que «c’est BFM, ils sont moches et vilains et nuls». La palme de l’horreur revient à France 2. La palme de la rumeur à LCI/TF1. » 

Car pendant que les internautes étaient en train de créer une chaîne de solidarité en remettant en place le hastag  #portesouvertes et en relayant l’ensemble des informations importantes, les éditions spéciales de journaux télévisés semblaient jouer le jeu de la course à l’audience.

« Il s’est passé un phénomène très contradictoire qui n’a pas échappé à de nombreux internautes. Alors que les comptes des forces publiques comme Place Beauvau nous enjoignaient, à nous internautes, de cesser de diffuser des images du massacre, France 2 contrevenait à toutes ces demandes. L’irresponsabilité n’était pas du côté prévue. »

Les images, très bien décrites dans l’article, des victimes interrogées, sont tout simplement inadmissibles. Sans parler du relais de rumeurs. France Télévision communiquera par la suite pour s’excuser mais le mal est fait…

«La diffusion de ce type d’images ne correspond pas à la conception de l’information des journalistes des équipes et de l’entreprise. France Télévisions tient à présenter ses excuses».

Une situation qui donne très envie de débrancher sa télévision et de vérifier qu’il y ait bien un cours d’éthique dans le cursus d’études des journalistes.


Face à cette analyse, dramatique, du traitement télévisuel de l’information, les réseaux sociaux montrent leurs meilleurs visages.


Malgré quelques dérapages inévitables, contenu du nombre de personnes présentent sur ces réseaux, c’est la solidarité et la mobilisation qui ont fait la différence sur la toile.

« Sur internet, je voyais les gens à titre individuel adopter plutôt de bons réflexes (même si, évidemment, il y a eu les messages de connards disant qu’ils avaient des photos des victimes qu’ils acceptaient de vendre), s’organiser pour s’aider dans la mesure du possible »

Suivi de la bonne pratique des internautes, les réseaux sociaux ont mis leurs fonctionnalités au service des français. Ainsi très rapidement le service Safety Check de Facebook, utilisé lors des attentats de Paris en novembre dernier, a été activé pour notifier à ses amis que l’on est sain et sauf. Une force de frappe ultime, du premier réseau social aux 1,5 milliard d’utilisateurs, qui a éclipsé l’application mobile SAIP (système d’alerte et de protection des populations) du gouvernement activée qu’à une heure trente du matin.

Le directeur général France Facebook s’est même chargé de la promotion sur Twitter :

Au même moment, les appels à témoins pour retrouver des proches inondent les réseaux sociaux. Du déjà vu, qui crée une immense frustration. Mais qui prouve aussi que nous avons déjà acquis des automatismes face aux attentats. Une bien triste routine…

Mais l’espoir renaît peu à peu sur les réseaux sociaux !

 

De la délicatesse, des mots rassurants, et des hashtags qui incitent à rester unis et s’aimer viennent se mêler aux messages de tristesse et de colère. Ça tombe bien, l’air commençait à devenir irrespirable par ici. Impossible de contenir ses larmes.

Comme une énorme chaîne humaine, les réseaux sociaux permettent de réaliser des petits miracles :

 


Les influenceurs du web ne sont pas en reste. Ils proposent au fil des heures de jolies opérations pour une thérapie express 2.0. De quoi redonner un peu le « smiley » !


Le webmagazine madmoiZelle.com lance #LAmourPlusFortQueLaHaine à grand renfort de gifs trop mignons :

Safia Vendome invite sa communauté à faire une bonne action, à la partager avec le #MaJolieAction

Jérôme Jarre crée sa propre armée de joie et d’espoir #LOVEARMY en nous faisant sortir de notre zone de confort

 

A y regarder de plus près on se rend compte que se sont bien les réseaux sociaux qui sont devenus sources d’informations. Des nouvelles références, qui sont même reprises par les médias, dits traditionnels. Même le gouvernement ne s’y est pas trompé. Le compte du ministère de l’intérieur a ainsi exploité la viralité des réseaux sociaux pour donner ses consignes.

Un constat qui devrait inciter les journalistes à apporter, plus que jamais, une véritable plus-value à l’information et à faire preuve d’un professionnalisme hors pair pour faire la différence.

Je vous avais dit que je n’allais pas revenir écrire ici avant demain. Mais après la lecture de cet article et la minute de silence nationale je me suis dit que c’était le jour pour vous en parler. Le bon moment. Demain je veux reprendre des sujets plus positifs, continuer avant tout de vous raconter de belles histoires…

One thought on “Entre télé et réseaux sociaux j’ai choisi mon camp !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s